Retrouvez-nous sur :

Patrick CLERENS, EASE

Secrétaire Général d'EASE

M. Patrick Clerens

Comment le stockage d’énergie peut-il accompagner la transition énergétique ?

Le stockage d’énergie est l’une des technologies les plus prometteuses pour un système à base d’énergies renouvelables. Le stockage d’énergie nous permet de stocker l’énergie excédentaire et de la décharger lorsqu’il y a trop peu de production ou trop de demande. Il existe de nombreux types de technologies en développement et sur le marché aujourd’hui: batteries, stockage hydraulique par pompage, stockage thermique, volants, supercondensateurs, air liquide, air comprimé, la conversion d’électricité en gaz, et la liste est longue.

Ce que toutes les technologies de stockage ont en commun, c’est qu’elles offrent une flexibilité à diverses échelles de temps – secondes/minutes, heures, semaines et un jour, mois – ce qui sera essentiel pour assurer un niveau élevé de sources d’énergies renouvelables. Le stockage peut aider les consommateurs à augmenter leur autoconsommation d’énergie via panneaux solaires photovoltaïques ou à générer de la valeur tout en assurant une flexibilité générale. Le stockage peut aider à éliminer les investissements coûteux dans les infrastructures d’acheminement et de distribution, prolongeant ainsi la durée de vie des actifs existants et aidant les réseaux à fonctionner plus efficacement.

Les consommateurs industriels peuvent installer un système de stockage pour réduire les pointes générales de consommation (susceptibles d’entraîner des frais coûteux) et pour fournir une alimentation de secours en cas de panne de courant. En outre, le stockage peut offrir des services système et auxiliaires, garantissant ainsi un fonctionnement sûr et efficace du réseau électrique.

Les secteurs du transport, du chauffage et du refroidissement dépendent aujourd’hui des combustibles fossiles. Grâce à l’électrification, ces secteurs pourraient fonctionner à l’énergie propre avec l’aide de stockage d’énergie. Par exemple, le déploiement de systèmes de stockage pourrait contribuer au développement d’une infrastructure de charge à grande rapidité pour les véhicules électriques, en particulier dans les zones avec des réseaux électriques à faible puissance.

 

Quel regard portez-vous sur le Green Deal Européen? Comment le stockage d’énergie peut-il soutenir les objectifs de la Commission ?

EASE soutient pleinement la proposition ambitieuse de la Commission européenne pour un Green Deal Européen. Nous pensons que cette politique représente un énorme pas en avant pour l’Europe et nous sommes impatients de concourir à son succès. EASE soutient l’objectif d’avoir une absence totale d’émissions de GES d’ici 2050, ainsi qu’une révision à la hausse des objectifs 2030.

La réalisation de ces objectifs passe par un déploiement accru de solutions de stockage d’énergie. Ceci soutiendra une transition performante et efficace en facilitant l’intégration progressive d’énergie produite à partir de sources d’énergie renouvelables. Investir dans la recherche, les projets pilotes et le déploiement du stockage d’énergie est essentiel pour soutenir le rôle de leadership mondial que l’UE joue dans les technologies propres.
Le stockage d’énergie épaulera la transition énergétique dans l’ensemble de l’UE et, en particulier, a le potentiel de faciliter la transition des régions industrielles, charbonnières et à forte intensité énergétique (puisque les infrastructures existantes peuvent être améliorées ou complétées par des solutions de stockage d’énergie) et des îles (où le stockage d’énergie permet de réduire l’utilisation de combustibles fossiles importés et coûteux).

C’est pourquoi nous pensons que le stockage d’énergie devrait être un élément central des différentes actions qui seront entreprises au cours des deux prochaines années pour concrétiser le Green Deal Européen, de la proposition du régime de transition équitable à la stratégie d’intégration du secteur intelligent. Nous espérons que les décideurs européens adopteront une approche technologiquement neutre, et considéreront la contribution de toutes les différentes technologies de stockage d’énergie plutôt que de choisir des gagnants et des perdants.

 

Quel est votre point de vue sur le Paquet Énergie Propre et comment il affectera le secteur de stockage d’énergie ?

EASE a travaillé très dur avec l’appui de ses membres pour défendre le rôle du stockage avant la présentation de la première version du Paquet Énergie Propre par la Commission. Nous sommes satisfaits du résultat : le Paquet Énergie Propre – le plus grand paquet de mesures législatives et non législatives de l’UE dans le secteur de l’énergie – est sans aucun doute une stratégie positive pour le secteur du stockage d’énergie.

En établissant un objectif contraignant en matière d’énergies renouvelables de 32% d’ici 2030 – ainsi que des objectifs pour les énergies renouvelables dans les secteurs du transport, du chauffage et du refroidissement – le paquet fixe un niveau d’ambition élevé qui ne peut être atteint qu’avec le déploiement généralisé de solutions de flexibilité et couplage sectoriel telles que le stockage.

Au sein du Paquet Énergie Propre, la refonte de la directive et du règlement sur l’électricité s’attaque à certains défis de technologies de stockage les plus urgents. Elle établit une définition du stockage d’énergie qui couvre toutes les différentes technologies : stockage hydraulique par pompage, alimentation au gaz, électrothermie, air liquide, batteries, supercondensateurs, volants, etc. Cette définition technologiquement neutre garantit que les technologies actuelles et celles qui pourraient être développées à l’avenir sont couvertes par le cadre législatif.

Deuxièmement, le paquet clarifie l’importante problématique des entités réglementées possédant et exploitant des installations de stockage. En règle générale, les GRT et les GRD ne doivent ni posséder ni exploiter des installations de stockage, sauf s’ils sont considérés comme des « composants de réseaux entièrement intégrés ». Cependant, dans les situations où aucun acteur du marché n’est disposé à construire un dispositif de stockage, l’autorité réglementaire nationale (ARN) peut introduire une dérogation. Avant le Paquet Énergie Propre, le manque de clarté sur les titres de propriété de systèmes de stockage a freiné le développement de ces derniers. Aborder ce point représente donc un grand pas en avant.

Le Paquet Énergie Propre se concentre également sur l’évolution du rôle des GRT et GRD : ils doivent considérer le stockage d’énergie dans leur planification réseau et sont encouragés à développer des appels d’offres commerciaux de services de flexibilité. Cela permettra au stockage d’énergie d’accéder à davantage de sources de revenus, de construire une analyse de rentabilisation plus robuste et de créer des conditions de concurrence équitables entre les différentes options de flexibilité. Les Pays-Bas ont déjà connu des développements prometteurs dans ce domaine, par exemple avec le lancement de la plate-forme GOPACS (plateforme des exploitants de réseau pour les solutions de congestion). C’est une collaboration entre les GRT et les GRD pour créer un marché pour la gestion de la congestion.

En outre, le Paquet Énergie Propre souligne l’évolution du rôle des consommateurs dans le système énergétique. Au lieu d’être des acteurs passifs du système énergétique, les consommateurs peuvent choisir de jouer un rôle actif, déployant des énergies renouvelables et des systèmes de stockage et participant à différents marchés de l’électricité. Le paquet reconnaît formellement le droit des « clients actifs » et des « communautés de l’énergie » à posséder et à exploiter des dispositifs de stockage d’énergie. Ces clients et communautés devraient pouvoir offrir la flexibilité de leurs dispositifs de stockage au réseau, y compris via des agrégateurs.
Bien que le Paquet Énergie Propre soit une avancée importante pour l’industrie, certains domaines nécessitent des travaux supplémentaires. L’absence de contrats à long terme pour les services de stockage d’énergie est une question préoccupante. Cela peut freiner considérablement les investissements dans le secteur vu l’incertitude concernant les revenus. Une autre question clé est que les contributions, les taxes et les tarifs de réseau appliqués aux dispositifs de stockage d’énergie peuvent être plus élevés que sur d’autres dispositifs. Cela est dû au fait que le stockage est parfois taxé lors de la « consommation » d’électricité, puis à nouveau lors de la « génération » d’électricité. Ce point n’est pas suffisamment traité dans le Paquet Énergie Propre, car la fiscalité reste une compétence des États membres de l’UE. Aux Pays-Bas, le gouvernement a récemment promis d’aborder la question, que nous considérons comme un point très positif.

Ce qu’il faut maintenant, c’est que tous les États membres mettent rapidement en œuvre le Paquet Énergie Propre. Les États membres doivent s’efforcer davantage en vue d’intégrer le stockage dans toutes leurs mesures politiques concernant la décarbonisation – y compris dans les plans nationaux sur l’énergie et le climat.
Maintenant que la conception générale du marché du stockage a été définie, nous devons entrer le plus possible dans les détails. Ceci devra se faire au niveau de l’UE mais surtout au niveau des États membres, afin de clarifier certains obstacles délicats qui bloquent toujours le déploiement du stockage. Par exemple, les garanties d’origine d’énergies renouvelables stockées ou transformées par le biais de conversion d’électricité en gaz est une question importante à traiter.

 

Quelles sont les principales priorités politiques du stockage d’énergie dans les années à venir ?

Le Paquet Énergie Propre a été l’une des grandes préoccupations d’EASE au cours des dernières années, et nous avons réussi à faire reconnaître le stockage d’énergie pour la première fois dans la législation de l’UE en tant qu’élément clé du système énergétique. Bien que le Paquet Énergie Propre soit une avancée significative pour l’industrie, il ne résout pas tous les problèmes qui entravent le déploiement du stockage. Par exemple, le stockage d’énergie nécessitera au moins une certaine sécurité d’investissement sous forme de contrats à long terme pour les services de stockage. Pourtant, le Paquet Énergie Propre limite la durée des services d’équilibrage, ce qui échouera à maintenir un climat d’investissement stable. Cela signifie de moins en moins de sources de revenus à long terme sur lesquelles les gestionnaires de réseau de stockage – et les investisseurs – pourront compter.

Les gouvernements nationaux doivent désormais montrer l’exemple et être les premiers à appliquer le Paquet Énergie Propre. Les décideurs politiques de l’UE peuvent jouer un rôle important en communiquant leurs pratiques exemplaires et en assurant que le stockage d’énergie est dûment reconnu dans d’autres dossiers législatifs, par exemple : l’efficacité énergétique, l’infrastructure connexe nécessaire pour le carburant de substitution et le paquet gaz.

 

Spread the news