Retrouvez-nous sur :

Mrs Elisabeth AYRAULT

Présidente du Directoire et Présidente Directrice Générale de la Compagnie Nationale du Rhône (CNR)

Elisabeth Ayrault, dirigeante de la Compagnie Nationale du Rhône

Pouvez-vous présenter CNR, ses missions et compétences

CNR est le concessionnaire du Rhône depuis la frontière Suisse jusqu’à la Méditerranée. Le long du fleuve, nous avons trois missions solidaires consistant à produire de l’hydroélectricité, aménager la voie navigable et irriguer les terres agricoles environnantes. Véritable aménageur des territoires pour la mise en œuvre de la transition énergétique, nous produisons également de l’énergie éolienne et photovoltaïque et sommes le premier producteur français d’énergie 100% renouvelable.

 

En quoi le modèle industriel du CNR est unique ? et sur quels principes repose-t-il ?

La première spécificité repose sur notre actionnariat équilibré public-privé qui impose à CNR de trouver le juste équilibre entre rentabilité économique et intérêt général. La présence de 183 collectivités à notre actionnariat nous permet de disposer d’une connaissance fine du territoire, indispensable pour le déploiement de nos projets.

Parce que nous exploitons un bien commun – le fleuve Rhône – nous considérons qu’une partie de la richesse produite doit être redistribuée aux territoires qu’il traverse. Les Missions d’Intérêts Général que nous avons mises en place, permettent de renforcer nos actions en faveur de l’économie locale, du développement durable, de la mobilité douce ou de la biodiversité. L’emblématique ViaRhona, vélo route longeant le Rhône, en est une belle illustration, co-construite avec les collectivités.

Enfin, avant d’être turbinée par CNR pour produire de l’hydroélectricité, la goutte d’eau du Rhône aura permis d’assurer le passage des poissons, irrigué les terres agricoles, refroidit les centrales nucléaires ou acheminé un bateau de commerce ou de plaisance. CNR est le garant de la conciliation de l’ensemble de ces usages.

 

Vous affirmez être le partenaire des territoires dans la mise en œuvre de la transition énergétique. Pouvez-vous nous illustrer la façon dont cet engagement se matérialise ?

 

J’en suis convaincue, si la volonté politique européenne et nationale est indispensable pour le succès de la transition énergétique, la bonne échelle d’action pour sa mise en œuvre est celle des territoires. CNR met son savoir-faire au service de l’accompagnement des collectivités pour le développement de projets structurants et innovants.

Ainsi, pour nos projets éoliens ou photovoltaïques, nous agissons en lien avec les collectivités et leurs habitants, en organisant par exemple des campagnes de financement participatif. Une manière de faire de la transition énergétique, une opportunité économique pour tous.

 

En tant qu’ « entreprise- laboratoire des énergies de futur » quels sont vos objectifs de développement et les secteurs dans lesquels vous investissez ?

CNR, inauguration station de recharge électrique à Laveyron

Les objectifs mondiaux, européens et nationaux pour le développement des ENR sont ambitieux. Mais les prévisions à moyen et long terme montrent un décrochage de ces objectifs. Un monde 100% renouvelable est possible. C’est un objectif de long terme que nous pouvons nous fixer et atteindre, à condition d’une véritable volonté politique.

CNR s’engage et agit pour contribuer à l’atteinte de ces objectifs de court et long terme. C’est dans cette optique que nous nous sommes fixés pour 2020 d’atteindre les 1000MW de puissance installée en éolien et photovoltaïque qui viendront s’ajouter aux 3000MW que nous produisons sur le Rhône. Bien entendu, nous ne nous arrêterons pas là et prévoyons déjà des objectifs ambitieux pour l’après 2020.

Le secteur des ENR est en perpétuelle évolution. CNR, en tant que Laboratoire des énergies du futur, souhaite accompagner l’innovation. Notre engagement pour l’émergence de la filière hydrogène, du stockage ou des réseaux intelligents sont de bonnes illustrations de cette stratégie. De même, le projet du Quai des Energies, une station multi-énergies vertes dotée d’un espace pédagogique, permettra de donner à voir et à expérimenter les énergies renouvelables au cœur de la ville de Lyon. Enfin, parce que l’innovation n’émerge qu’au sein d’un écosystème, nous avons noué des coopérations ambitieuses avec des pôles de compétitivité ou encore avec le CEA.

 

Quels sont vos objectifs en Europe et à l’international ? Qu’attendez-vous de l’Europe ?

CNR se positionne comme un partenaire de l’Union Européenne pour l’atteinte des grands objectifs 2020 pour le climat. Nous avons pour ambition de contribuer au renforcement et à la construction de filières industrielles européenne d’excellence, d’intensifier la production d’ENR et de faire émerger l’innovation. Pour cela, l’UE, tant dans l’élaboration de politiques ambitieuses que dans l’accompagnement de projets innovants, constitue un atout fondamental.

Les programmes de financements européens sont une opportunité pour une entreprise comme CNR. Ils permettent non seulement de lever les verrous financiers à l’innovation mais ils confèrent également une grande visibilité à nos projets, facilitant leur réplication sur d’autres territoires.

 

CNR a créé Initiatives pour l’Avenir des Grands Fleuves (IAGF). Pouvez-vous nous en dire quelques mots ?

Dans un contexte de réchauffement climatique, les fleuves du monde sont à la fois les victimes – phénomènes importants d’étiages et de crues – et les porteurs de solutions – producteurs d’énergie verte, voies de transport moins polluantes que la route…

Face à ce constat, et comprenant qu’il n’existait, à l’échelle mondiale, aucune instance de concertation entre les grands fleuves, CNR a créé en 2014 les IAGF. Aujourd’hui association d’intérêt général, IAGF réunit des gestionnaires de fleuves, des représentants institutionnels et des experts internationaux avec pour ambition de formuler des propositions concrètes pour l’amélioration de la gestion fluviale.

IAGF est un modèle de concertation et de co-construction pour le déploiement de solutions innovantes. Un exemple intéressant pour la gouvernance de la transition énergétique.

 

 

Spread the news